Sully
Rez-de-chaussée
Salle d’art grec classique et hellénistique
Salle 17

Artémis à la biche, dite "Diane de Versailles"
Oeuvre romaine d'époque impériale
(Ier - IIe siècle après J.-C.)

Découverte en Italie (Némi ?)
Marbre
H. : 2 m.

Artémis, déesse grecque de la chasse, porte une tunique (le chiton) retroussée jusqu'aux genoux afin de faciliter sa course ; un manteau (l'himation), passant sur l'épaule gauche, embrasse sa taille. La Diane de Versailles, semblable à d'autres répliques romaines trouvées en Libye (Leptis Magna) ou en Turquie (Antalya), doit conserver le souvenir d'un original grec du IVe siècle avant J.-C.

On a voulu préciser la datation et attribuer la paternité du modèle à un grand maître. L'attribution au sculpteur athénien Léocharès, est fondée sur la saisissante analogie entre la Diane de Versailles et l'Apollon du Belvédère (musée du Vatican), traditionnellement donné à ce sculpteur.


La statue a été restaurée en 1602 par Barthélemy Prieur et en 1808 par Lange.
Don du pape Paul IV à Henri II (1556). La statue décorait le jardin de la reine au château de Fontainebleau. En 1602, Henri IV la fait transférer au Louvre où elle est exposée dans la salle des Antiques (actuelle salle des Caryatides). Sous le règne de Louis XIV, elle est envoyée à Versailles où elle est présentée dans la Grande Galerie de Versailles. En 1798, elle retourne, conformément à un décret de la Convention, au Louvre
Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
Inventaire MR 152
(n° usuel Ma 589)



Contacts | Credits