Sully
Rez-de-chaussée
Galerie d'Athéna (dite aussi galerie de la Melpomène)
Salle 16

Aphrodite dite "Aphrodite au pilier"
Oeuvre romaine d'époque impériale (Ier ou IIe siècle après J.-C. ?)
Marbre
H. : 1,18 m.

La statue a d'abord été identifiée comme une muse en raison du corbeau et de la branche de laurier, symboles d'Apollon le dieu protecteur des muses, sculptés en faible relief au bas du pilier. On a voulu en faire une Thalie, la muse de la comédie,
tenant un masque grimaçant. Mais la statue avait été complétée, dès le XVIIe siècle, en Euterpe, dont l'attribut est la flûte.
En fait cette statue appartient à une série de répliques antiques (voir à proximité Ma 420) reproduisant une Aphrodite appuyée sur un pilier selon une composition et un traitement du drapé caractéristiques de la fin du Ve siècle.
La réplique la mieux conservée (à Naples) montre une tête voilée que l'on retrouve sur des reliefs et des éléments en bronze du Ve siècle avant J.-C. où la figure, associée à Éros, est clairement identifiable à la déesse Aphrodite. La présence de ce type statuaire sur le relief (voir en face Ma 579) reproduisant la base des statues de culte de l'Héphaïstéion d'Athènes, attribuées à Alcamène, permet peut-être de reconnaître ici une reproduction de l'Aphrodite des Jardins de ce sculpteur décrite à Athènes par Pausanias (I, 19, 2).
Ancienne collection Mazarin puis collection royale Saisie révolutionnaire
Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
Inventaire MR 298
(n° usuel Ma 414)



Contacts | Credits